Envoyer à un ami

MysTerre des Alpes Suisses du 14 au 21 juillet 2024

Suivez nos aventures géologiques dans les montagnes Suisses ! Soyez les bienvenus sur notre journal de bord ! Voir descriptif détaillé

MysTerre des Alpes Suisses du 14 au 21 juillet 2024

Suivez nos aventures géologiques dans les montagnes Suisses ! Soyez les bienvenus sur notre journal de bord ! Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Accueil > Nos Actions > Journal de Bord des Opérations > Vacances Scientifiques > MysTerre des Alpes Suisses du 14 au 21 juillet 2024

Je m'inscris

Ajouter à ma liste de souhait

Le Projet

Dimanche 14 juillet 2024

Julia (13 ans), Elouan (14 ans) et Guillaume (17 ans) se sont bien installés dans le centre de vacances à Chandolin. Ils ont fait la connaissance avec les 27 autres enfants et adolescents (dont 10 partent lundi pour une semaine en itinérance) autour de jeux de société. Les ados du programme MysTerre des Alpes s’intègrent à merveille pour certains et progressivement pour d’autres ! Après d’excellentes lasagnes préparées par notre cuisinière Brigitte, les jeunes ont pu apprendre les prénoms des autres participants autour d’un jeu concocté par Martin, le directeur du centre. Ensuite, la visite des choucas s’est effectuée dans le rire grâce aux animateurs déguisés. Une belle première veillée, qui donnent envie à la semaine géologique qui attends les trois ados, accompagnés par les géologues Tania (éducatrice scientifique) et Alice (stagiaire géologue) !

Lundi 15 juillet 2024

Aujourd’hui c’est Guillaume qui a rédigé le journal de bord :

Premier jour de découvertes de cette science qu’est la géologie. Nous commençons avec une chasse au trésor à travers laquelle nous découvrons les objets types d’un géologue comme le piolet, une boussole, une carte de géologie et même une loupe que nous avons reçu en cadeau de bienvenue, Julia, Elouan et moi. Après avoir mangé une très bonne polenta et autres légumes lors de notre repas de midi, nous prenons le télésiège du Tsapé pour prendre de l’altitude et découvrir nos premières roches (contenant ddes micaschistes et quartz surtout). Ensuite nous observons le lac Illsee et nous installons proches du Lac Noir afin de prendre un goûter bien mérité, mais aussi pour se rafraîchir les pieds et faire des ricochets. Cependant l’heure du départ arrive beaucoup trop vite et nous redescendons vers l’auberge des Choucas, suite à un trailer sur une mystérieuse tache rouge que nous irons voir le lendemain. Avant de manger le dîner nous faisons deux parties « d’Among Us ». Que Innocents ont gagné à deux reprises.

Mardi 16 juillet 2024

Ce matin, nous avons appris le cycle des roches avec les différentes familles telles que les roches magmatiques, métamorphiques et sédimentaires. Nous avons aussi vu les liens les unissaient ainsi que différents termes qui sont propres à ce cycle là comme par exemple : dépôt, sédimentation, enfouissement et la fusion.


Ensuite nous sommes partis à la recherche de la fameuse tache rouge après avoir croisé une marmotte, Poppy. Arrivés au Illpass, notre passage était bloqué par une falaise de neige de 3m. Peu après l’avoir passé nous sommes arrivés à l’endroit tant attendu : une ancienne mine de cuivre rebouché par les extraits rocheux.


Affamés par la rando, on a d’abord pique-niqué puis cherché les petits trésors. Les minéraux que nous avons trouvés sont la chalcopyrite (aspect doré ou métallique), la malachite (verte) et l’azurite (bleue). La tache rouge que nous avons vue dans le paysage la veille a pour origine l’oxydation du fer due à la réaction avec l’air et l’humidité. Après 4 pauses nous arrivons de nouveau face au mur que nous devons gravir. Nous décidons de repousser cette ascension par une bataille de boules de neige histoire de briser la glace.


Nous redescendons sans revoir notre très chère marmotte Poppy pour analyser de plus près nos échantillons à la loupe binoculaire. Après les activités scientifiques viennent les activités extra scientifiques où nous avons joué au béret un peu spécial : il fallait retrouver les animaux grâce à des sons, des énigmes ou leur nom ! Après une journée télé-féerique nous avons du écrire ce journal de bord où nous avons pris plus d’une heure à la rédaction à 4 personnes (Julia, Guillaume Elouan et Alice) voire 5 (Tania), puis nous avons enfin pu le publier !

Mercredi 17 juillet 2024

Une nouvelle journée ensolleillé et pleeine de découvertes s’annonce. Contrairement aux membres du séjour d’astronomie la veille, nous n’avons pas raté notre bus et nous sommes arrivés vers 10h à Zinal. Nous avons marché le long de la Navizence tout en admirant le paysage qui fait penser un peu à l’Ecosse. Les sommets enneigés au bout de la vallée, haut de plus de 3500m, et les falaises abruptes desquelles se jettent des cascades, constituent l’environnement propice à la mine de cuivre que nous allons visiter.


Nous avons fait une pause à l’ombre pour parler des différentes enveloppes qui constituent la Terre, à l’aide d’un schéma et de l’analogue de nectarines délicieuses. Nous entamons la montée à la mine et enfin nous arrivons à notre destination. Ici, nous apprenons que cet emplacement n’avait pas été choisi au hasard. En effet un filon de quartz, signe de présence de chalcopyrite et donc de cuivre, a était la convoitise des mineurs à la fin du 19e siècle.


Pour éviter de mourir de froid (comme John – voir photo ci-dessous) nous avons enfilé quelques couches de plus et sommes entrés en compagnie de la guide Jessy dans la mine. Les mineurs qui suivaient le fameux filon utilisaient la poudre noire pour dégager la prasinite qui entoure les minerais. La prasinite est une roche métamorphique issue d’une roche sédimentaire marine. En effet, ici, il y a bien plus de 100 millions d’années, il y avait un océan appelé Téthys, au fond duquel se déposaient de l’argile. Dû au mouvements tectoniques, cette roche sédimentaire argileuse s’est retrouvé dans les profondeurs de la Terre et a donc subi de la déformation qui l’a rendue extrêmement friable.


Nous avons aussi observé du souffre et de la minéralisation en forme de mini-champignons ressemblant à de la calcite. Pour finir en beauté, Jessy nous a montré son « ciel étoilé » dans la mine – de très nombreuses gouttes d’eau suspendues au plafond et reflétant la lumière de nos lampes.


Ressortie de la mine, nous avons prenons un gouter et entamons notre retour au centre de Chandolin, ou nous arrivons en fin d’après-midi. Après une pause bien méritée, nous passons encore une heure à parler de la tectonique des plaques et leur lien aux séismes, ainsi que du contexte de la formation des Alpes.

Jeudi 18 juillet 2024

Aujourd’hui c’est Julia qui a écrit le journal de bord :
Ce matin nous commençons à préparer les sacs pour le bivouac de cet après-midi. Martin, le directeur du centre se joint à nous pour ce bivouac qui s’annonce magnifique sans presque aucun nuage ! Nous emportons les sacs de couchage, de la nourriture et du matériel de géologue. Nous mangeons et partons à 14 h pour prendre le bus jusqu’au glacier de Moiry.


Nous arrivons à 16 h et commençons l’ascension vers notre lieu de bivouac : le lac de la Bayenna. Pendant la montée, nous nous arrêtons régulièrement pour observer les roches aux alentours. Nous constatons que de la serpentinite, du gneiss clair et un peu de micashistes sont présents ici. Nous voyons aussi que le glacier a reculé car nous pouvons observer la moraine : les sédiments laissés sur place par l’ancien glacier. Enfin nous arrivons près du fameux lac.


Après avoir installé le campement, nous observons les roches aux alentours puis nous assistons à un cours sur les panoramas animé par Alice qui nous a présenté son carnet de terrain. Tania nous a ensuite montré le panorama qu’elle venait de dessiner. Quand on réalise ce genre de dessin il faut absolument préciser le lieu, le titre, l’orientation et les roches qu’on peut observer. A notre position nous pouvions voir la plaque africaine au niveau du glacier au nord, l’océan téthys devant nous et la plaque eurasienne (sur laquelle nous sommes) vers le lac de Moiry au Sud. Ensuite après le dîner de nouilles, nous avons fait une marche où nous avons pu assister au lever de la lune ce qui était magique ! Après être rentrés au campement nous sommes allés nous coucher où nous avons pu observer la voie lactée et les étoiles (certaines filantes) !

Nos partenaires

Voir également